mercredi 25 février 2009

Sur le sable...

Aujourd'hui il a fait si beau que j'ai ouvert toutes grandes portes et fenêtres...
Mais l'appel de la nature a rendu mon coeur infidèle à l'écriture....
Créer une nouvelle histoire alors qu'il fait si beau ? Faire travailler mon petit crayon à papier alors que je peux photographier primevères et tendres bourgeons...???
Ce rayon de soleil déjà printanier était un vrai bonheur et appelait à la promenade...
Je n'ai pas su résister au chant des sirènes de la campagne et j'ai laissé mon inspiration faire la sieste pendant que je m'éclatais dans les chemins creux. (Eh ben, c'est du joli Oxygène ! A ton âge....!!!)
Ma promenade fut agréable et tranquille. Murmure d'un petit ruisseau, chants des oiseaux... J'ai fait provision de bonne humeur et de sérénité.
Je savais qu'au retour, j'avais une solution pour mon blog....

Il y a quelques jours, j'ai fait une plongée -courageuse- dans les cartons du grenier pour retrouver des déguisements pour une copine (Mardi-Gras oblige...) Et là, surprise ! Sous le gros carton barré en grandes lettres rouges du mot "Costumes", j'ai déniché un autre carton sur lequel j'ai lu "Vieux cahiers". Et là, j'ai su...!
J'ai su que je trouverais une solution (provisoire sans doute) mais une solution, pour les jours de flemme...
Dans le carton en question, j'ai en effet retrouvé 2 carnets dans lesquels j'avais noté avec amour, mes joies et mes chagrins (mes chagrins, surtout) d'adolescente.
Une mine d'or me disais-je ! Je suis retombée sur "ma" mine d'or.... 
En fait d'or, il s'agit plutôt, je dois le reconnaître tristement.... de toc ! Hélas !
J'ai lu et relu mes vieux poèmes et j'étais , il faut le dire, un peu désespérée de la mièvrerie de l'ensemble....
Après un tri particulièrement sélectif (mais certainement pas assez sélectif) j'ai tout de même trouvé quelques petites choses qui pourront me permettre de faire d'autres promenades au soleil sans culpabiliser... ;-)
Le texte que vous allez (peut-être) lire aujourd'hui s'autodétruira dans les 30 secondes si vous le souhaitez très fort...
Remettons nos pendules à l'heure : lorsque j'ai écrit ce poème "Je venais d'avoir dix-houit ans...."( et quelques mois) et, difficile à avouer,... ma maturité n'était pas au top ! Alors que maintenant... Je ne vous dis que ça... ! J'suis mûre, mais j'suis mûre... !!! (hélas !) ;-)
Voici donc le cri du coeur poussé ce 24 mars 1972...


La foule est en liesse
Tout le monde est rassemblé
Et pourtant rien ne presse
Lorsque l'on va tuer !
Le soleil est brûlant
Mais personne ne se plaint
Tout le monde attend
Et le tueur vient
Il entre solennellement 
Dans son costume doré
Ecoutez les applaudissements
Vers l'homme qui va tuer
Il est fier et beau
Par tous il est adulé
Et il salue de nouveau
Avant de frapper.
Mais ce n'est pas un rêve
Sa gloire vient d'éclater
Déjà la foule se lève
L'homme vient de tuer.
Dans les gradins
Ecoutez les cris
Ecoutez-les bien
Ils acclament la fin d'une vie.
La bête dans l'arène
Touchée au coeur s'écroule
L'homme a l'âme sereine
Maintenant c'est sur l'or qu'il roule.
A ses pieds mille fleurs
Sont les premiers cadeaux
Des milliers de spectateurs
Qui ont vu mourir le taureau.
La journée fut belle
Surtout pour le toréador
Sa gloire est éternelle
Il a donné la mort...
Dans le silence de l'arène
Sur le sable brûlant
Il ne reste maintenant
Qu'une tache de sang.

60 commentaires:

  1. Moi je dis Chapeau ! j'étais loin d'être capable d'écrire comme ça à 18 ans... vu que je n'ai commencé qu'il y a peu de temps... je suis scotchée... bravo mon amie et sur ce sujet en plus c'est très bon...je ne supporte pas l'idée des corridas... je n'en ai jamais vu et je n'en verrai jamais...je te fais des gros bisous... bonne soirée... et tu peux sans problème tous les resortir, tes poèmes des années passées...

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir BIGORNETTE ! C'est moi qui suis scotchée de voir que tu as déjà lu mon texte... Merci ! Tu es trop gentille, mais ça me fait vraiment plaisir ! Je te fais plein de bisous et te souhaite une bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
  3. Journée splendide, balade pour moi aussi mais rien dans les cartons.. Tu as toujours eu l'écriture dans "la peau" si je puis me permettre.... Il est magnifique ce poème Oxygène...Ainsi que le préambule.. Bonne soirée et bises amicales !

    RépondreSupprimer
  4. Tu es très gentille CAMO ! Ça me touche vraiment beaucoup. Je te fais de grosses bises à mon tour. Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  5. Coucou,
    je viens de chez Lilounette, nous nous sommes croisées !!
    Comme toi, je suis allée marcher dans la campagne ...
    La nuit sera peut-être propice à un acrostiche ! Si le vent dirige ma plume . Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  6. Je n'étais même pas née quand tu l'as écrit :-))
    Je n'aime pas les corridas et ces mises à morts pour le plaisir !
    Je préfère comme toi les ballades au soleil mais je ne suis pas conservatrice alors les vieux poèmes...envolés...
    Bonne soirée. Gros bisous

    RépondreSupprimer
  7. Je suis de l'avis de Bigornette !
    Bravo !
    Dans l'attente de lire les autres poèmes... ressortis du passé !
    Amitiés

    Liza

    RépondreSupprimer
  8. Je compte bien sur toi (et sur ta nuit inspiratrice...) pour réaliser bientôt un bel acrostiche MYRIAM ! A bientôt pour cette lecture !

    RépondreSupprimer
  9. ODETTE, tu es une coquine d'insister sur le fait que... je suis une vieille dame pour toi... ;-)))
    Bon, je ne t'en veux pas car tu es trop mignonne !
    Bisous et bonne nuit à toi !

    RépondreSupprimer
  10. Merci de ta visite LIZA ! En ce qui concerne les vieux poèmes, ils sont, pour la plupart très enfantins... On verra...
    Je te souhaite une bonne nuit. A bientôt j'espère !

    RépondreSupprimer
  11. Petit bonsoir en passant découvrir votre espace. Sympa et de jolis textes.
    Bonne Soirée Bises

    RépondreSupprimer
  12. Des problèmes d'ordi ce soir; je reviens demain à tête reposée.
    Bises Oxygène

    RépondreSupprimer
  13. Ben moi, le boulot dans le jardin m'a inspiré un petit bout de texte...dont je ne suis pas fier...Le tien est plein de poésie...et "efficace" en même temps: horreur ces corridas!
    Je suis sûr que tu en as beaucoup d'autres à publier!
    Bonne soirée!...
    Robinson

    RépondreSupprimer
  14. Merci PINKY pour cette gentille visite. Si tu as un blog je passerai te voir demain. Bonne nuit et à bientôt !

    RépondreSupprimer
  15. Pas de problème ALRISHA, prends ton temps. Moi aussi j'ai eu des problèmes de connection ce soir. Je te souhaite une très bonne nuit. Bisous !

    RépondreSupprimer
  16. Ta visite me fait plaisir ROBINSON ! En ce qui concerne ce que ton boulot de jardinier t'a inspiré, je suis sûre que tu es trop modeste. Demain matin, ton texte te semblera sans doute plus intéressant que tu ne le pensais. J'ai hâte de le découvrir. Bonne nuit !

    RépondreSupprimer
  17. Ce doit être émouvant de retrouver des textes de soi écrits si jeune...et il n'y a pas à en avoir honte, c'est une parcelle de ton âme! Les miens ont tous disparu...
    J'aime sentir le frémissement de cette jeune fille devant la mise à mort du taureau...tu racontais bien déjà à l'époque :-))On entend le cri à moitié étouffé...l'horreur devant tes yeux...
    Bises à toi Oxygène!!

    RépondreSupprimer
  18. Comme tu as eu raison de profiter d'une belle journée de soleil !
    Tes vers sont adorables, mais un peu naïf (même si je n'étais pas encore née lorsqu'ils ont été écrits) à mon goût... Un peu facile, peut être : j'ai l'impression que le coeur y est mais qu'il n'y a pas vraiment de recherche sur la façon de faire passer le message. Puis-je avouer que la première partie de cet article réveille en moi des échos de lectures passées qui m'émeut bien plus que la suite ?

    RépondreSupprimer
  19. suis comme Bigornette, soufflée, je te dirais franchement que la fin me plaît bien plus que le début parce qu'elle est plus puissante, plus directe
    je ne risque pas de trouver de tels textes, je n'aurais jamais psé me lancer dans l'aventure, elle ne date que de 2 ou 3 ans!
    bises et continue à fouiller tes cartons
    hier il faisait beau aussi et j'ai repris ma bêche, quel bonheur!

    RépondreSupprimer
  20. Me voici de retour de mon magnifique voyage...

    Beaucoup de plaisir à retrouver ton univers des plus agréable à lire.

    Passe une belle journée, j'essaie de m'acclimater aux températures et au déc alage horaire.

    Bisoussss.

    RépondreSupprimer
  21. oups : agréables... fatiguée moaaa

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour NICKYZA ! Oui, ça m'a fait plaisir de retrouver mes petits carnets, mais j'ai été un peu déçue tout de même. Certains textes me rappellent cependant des souvenirs très précis. C'est amusant quelque part, cette plongée dans mon adolescence. Bises à toi et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour KOKA ! Ton analyse est très fine. Je crois qu'à l'époque où j'ai écrit ce texte (naïf il est vrai, mais je l'étais aussi...) je n'ai écrit que pour moi, pas pour transmettre (contrairement à mon introduction, écrite à un âge mûr, et préparée pour dire vraiment quelque chose.) De plus, je me suis souviens bien m'être astreinte à faire des rimes au détriment de la spontanéité et de l'émotion sans doute. Merci pour ces remarques sincères. Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
  24. Coucou AZALAIS ! Tu sais, ce texte m'a surtout sauvé la mise en me permettant une belle balade plutôt que de réfléchir à un écrit plus réfléchi peut-être. Je suis une grande paresseuse.... Je te souhaite une bonne journée. Bisous !

    RépondreSupprimer
  25. Sympa cette visite à ton retour LAUDITH ! Récupère bien. Je passe te voir dès que possible. A très bientôt !

    RépondreSupprimer
  26. Je préfère lorsque tu es la reine de l'écriture, plutôt que d'applaudir l'arène ensanglantée. Bises ..sans Olé !

    RépondreSupprimer
  27. Où vois-tu un manque de matutité ?
    Comme toi, le soleil m'attire dehors.
    Bisous et merci de tes visites.
    Amanéda

    RépondreSupprimer
  28. "O lé ben flatteur, mais o lé ben gentil c'homme là.... Bises à toi GERARD et très bonne journée ! ;-)))

    RépondreSupprimer
  29. Les visites que je te fais sont un plaisir pour moi AMANEDA ! Pas de soleil aujourd'hui. Je ne regrette pas ma balade d'hier. Il fallait en profiter. Bises à toi et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  30. j'aime bien quand tu nous livre ton quotidien avec simplicité et avec des mots justes

    ensuite tu nous livres ton texte, c'est un peu comme un cuisinier qui ouvrirait sa cuisine

    merci

    amitiés

    phil

    RépondreSupprimer
  31. Tu es un matador
    Au coeur généreux...
    En vieux taureau j'adore
    Ta haine pour ce jeu...

    Bisous d'un Plaisirois à une rimeuse normande qui a bien fait de garder ses vers de jeunesse.

    RépondreSupprimer
  32. Alors garde bien tout çà, c'est du génie , même pour ton âge
    Les miens se sont envolés..chez un éditeur à qui ils plaisaient à l'époque et jamais il ne me les rendus
    A l'époque pas de photocopies et bêtement je n'avais pas fait de doublons
    Bien sûr ils parlaient d'amour,je les aimais bien !
    Parfois quelques brides me reviennent...
    C'est comme çà
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  33. Merci PHIL ! Toi qui écris avec tant de talent et de force, je suis touchée que tu juges avec autant d'indulgence mes petits écrits. Ta comparaison culinaire est jolie. Mon problème est que je rate souvent les plats que je prépare... ;-))) J'essaie d'en rire. Je te fais des bises bien amicales.

    RépondreSupprimer
  34. Merci de tes encouragements PAPY LUCKY ! C'est vraiment sympa ! J'aime beaucoup tes 4 vers sur le sujet. Bravo ! Bises et bonne fin de journée à l'homme de Plaisir... ;-)))

    RépondreSupprimer
  35. Quel dommage LILOUNETTE et quel manque de chance d'être tombée sur un éditeur aussi indélicat. C'est révoltant ! J'espère que tu pourras récrire ces textes lorsque leur souvenir te reviendra petit à petit. Gros bisous à toi et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  36. Ce n'est pas mièvre, c'est simple et beau.
    C'est digne, comme l'animal auquel le vie vient d'être enlevée.

    RépondreSupprimer
  37. Merci pour ta visite et pour ce commentaire ALPHOMEGA ! C'est très gentil. Je te souhaite une bonne nuit !

    RépondreSupprimer
  38. de 1972 à 2009 ta plume n'a fait qu'aiguisé surement un talent recu tout epetite car tes mots sont depuis toujours aussi qu'ils ne l'étaient déjà !!! si t'as du soleil en rab tu peux m'en envoyer nous on a que du ciel gris .... bien à toi O2

    RépondreSupprimer
  39. reinette.over-blog.com27 février 2009 à 09:58

    j'ai eu plaisir à lire ce texte. c'est un grand bol d'ir que j'ai pris. le poème sur la mise à mort est superbe, même si la mise à mort d'un taureau me répugne. surtout juste pour le plaisir de tuer.

    RépondreSupprimer
  40. Coucou MARICH ! Merci de ta visite ! Pour le soleil, je t'en aurais volontiers envoyé un rayon, mais aujourd'hui il a décidé de rester coucher sous une couette de brouillard... La prochaine fois qu'il pointe le bout de son nez, je t'en envoie... Promis ! Bisous

    RépondreSupprimer
  41. Merci REINETTE ! Ton commentaire me fait vraiment plaisir. Je te souhaite une très belle journée ! Bisous !

    RépondreSupprimer
  42. Tu avais bien du talent à 18 ans, je n'ai jamais su écrire un poème...

    RépondreSupprimer
  43. Tu es sympa HEURE-BLEUE, mais, sincèrement, je ne parlerai pas de talent. J'avais seulement une certaine facilité à mettre des mots sur le papier et cela m'a souvent permis d'évacuer les coups de déprime de l'adolescence. Tu dis n'avoir jamais écrit de poème, mais tes articles sont ciselés et vifs et leur qualité vaut bien des poèmes. Je te souhaite une très bonne journée !

    RépondreSupprimer
  44. Pauvre taureau ! C'est pas gentil de faire souffrir des animaux comme ça.

    C'est un joli poème de jeunette.

    Dis... Tu n'as pas rencontré Ronron en chemin ?


    PS : j'ai des nouvelles de Picou.

    RépondreSupprimer
  45. Ronron ? Picou ? Ne bouge pas PIERRE-LOUIS, j'arrive....!!!!

    RépondreSupprimer
  46. Humour : il n'y a pas à dire, tu es aujourd'hui vraiment mûre !!!! au sens figuré...
    Qu'est ce qu'il a ton poème d'il y a 37 ans ? (euh çà rajeunit pas, ni Toi ni moi) il te plait pas.
    Et bien, sans flatterie, je trouve que la description de la corrida faite avec une musique en refrain quasi continuel est très bien.
    Alors, tu vas fouiller dans tes cartons et ouvrir tes calepins. Et tu ne vas pas auto détruire en trente secondes ! Mais bien nous faire voir comme tu as bâti ton monde d'aujourd'hui.
    Ben voui !
    Ciao mon Ox, bisous à Toi.

    RépondreSupprimer
  47. Toujours sur le sable Oxygène ? ..tu vas devenir arénicole !

    RépondreSupprimer
  48. 37 ans ! Tu as raison LIEDICH, ça fait 37 ans...!!!! Mais dis-moi espèce de sauvage ;-) avais-tu besoin de remuer le couteau dans la plaie ? ;-)))
    En ce qui concerne mes vieux carnets, tu vas peut-être regretter ta suggestion car, vu que je pars en week-end demain je mettrai sans doute une vieillerie en ligne avant de partir en balade. Tant pis pour toi ;-)
    Bises de ton Ox ami poète !

    RépondreSupprimer
  49. Arénicole toi-même GERARD !
    Mais mieux vaut être sur le sable que sur la paille, non...? ;-)))
    Bon, je vais quand même essayer de.... progresser...;-)
    A bientôt !

    RépondreSupprimer
  50. Chapeau bas !!! je suis très impressionnée !!! bravo !

    RépondreSupprimer
  51. Bien que sur le sable on peut en sortir...............avec un grain !
    houla j'me sauve !

    RépondreSupprimer
  52. Merci PLUME, mais, sincèrement, je ne mérite pas cet éloge. Ça fait chaud au coeur quand même. Je te souhaite un très beau week-end !

    RépondreSupprimer
  53. Tu as raison de te sauver GERARD ! Va savoir de quoi je suis capable avec mes p'tits poings nerveux.... Un grain..??? J'ten ficherais des grains, moi !!!! ;-)))

    RépondreSupprimer
  54. Allons, allons, toi dans les chemins creux attirée par les sirènes de la nature !!!!
    Tout cela avec l'APN de sortie! Rien de tel pour le ressenti et donner de l'inspiration à notre grande poétesse!
    Bises et bonne journée Oxygène!

    RépondreSupprimer
  55. Quand j'étais gamine mon père m'a emmenée voir une corrida...je m'asseyais sur les gradins brûlants et j'étais subjuguée par tous ces costumes de lumière...dans un premier temps...ne sachant pas ce qu'il allait arriver...et puis le sang...
    Je n'oublierai jamais, je ne sais pas ce que je n'oublierai jamais, le sang ou mon père...

    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  56. Quand j'étais gamine mon père m'a emmenée voir une corrida...je m'asseyais sur les gradins brûlants et j'étais subjuguée par tous ces costumes de lumière...dans un premier temps...ne sachant pas ce qu'il allait arriver...et puis le sang...
    Je n'oublierai jamais, je ne sais pas ce que je n'oublierai jamais, le sang ou mon père...

    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  57. Pardon de ne pas t'avoir répondu ALRISHA ! Je n'avais pas vu ce com. Merci et gros bisous à toi !

    RépondreSupprimer
  58. J'imagine ton choc de petite fille LMVIE ! Cette seule pensée m'effraie... Et je comprends le souvenir trouble qu'il peut t'en rester... Merci de toutes tes visites sur mon blog mais je voudrais juste te dire que tu peux y trouver - heureusement- des textes plus gais et plus humoristiques que ces vieux poèmes écrits dans mes moments de déprime adolescente....
    Gros bisous !

    RépondreSupprimer
  59. Je me perds toute seule...

    Je suis nulle dans la chrono, mais ça c'est moi je me laisse emporter par les mots par tes mots...

    Et après je suis paumée mais quel délice

    RépondreSupprimer
  60. C'est ma faute LMVIE ! J'aurais dû te prévenir qu'avec un tel retour en arrière le GPS était obligatoire et plus que nécessaire... ;-)))

    RépondreSupprimer