mardi 17 février 2009

Minouchat




Depuis quelques jours je ne peux plus rien avaler.
C'est tout juste si j'arrive à prendre un peu d'eau... Mes douleurs empirent et je me déplace avec de plus en plus de mal. 
Comme le temps passe... 
Comme il a passé vite ces trois dernières années. Il y a à peine un an que j'accepte la main d'un homme sur mon dos. Ce dos qui me fait tant souffrir aujourd'hui ! Combien ces caresses vont me manquer...
Elle a beau insister et me présenter un peu de viande sur le bout de son doigt, je ne le mangerai pas.... Je voudrais bien lui faire plaisir, elle m'aime sincèrement je crois, mais mes pauvres mâchoires sont bloquées et rien ne peut plus atteindre mon estomac.
Je suis lasse...
Hier, le simple fait de m'allonger au soleil m'a coûté, et pourtant, il était bien doux ce rayon de printemps qui réchauffait ma vieille peau terne et fatiguée...
Je me demande comment j'ai réussi à monter cet escalier...? 
Me voilà arrivée en haut sans savoir où j'ai puisé la force nécessaire à cet exploit... Mes pauvres pattes ne me portent plus et tout mon corps vacille. Les images se brouillent dans ma tête...
Je ne peux tout de même pas mourir ici, ça ne serait pas gentil pour eux...
Elle me caresse entre les deux oreilles et je n'ai même plus la force de ronronner...
Que dit-elle ? Mais, c'est vrai, elle a raison, je pleure...! 
Je sens deux longues larmes gluantes descendre au coin de mes yeux... Serais-je devenue humaine à leurs côtés, moi, si farouche, si sauvage, si animale...?
Ils ont compris, ils savent, mais que peuvent-ils pour moi ?
Elle me berce de mots d'amour repris ensuite par les enfants, les chers petits... 
Et lui, le maître, lui aussi passe sa large main sur ma tête... Comme il est doux... Il m'aime... Il a pourtant eu bien du mal à m'accepter, mais je dois reconnaître que jamais il ne m'a fait le moindre mal. De mon côté par contre, dans les premiers temps, je ne me suis pas gênée pour donner un coup de griffe par ci, un coup de dent par là... 
Tiens, voilà mon ancienne agressivité qui me fait sourire, je ne suis pas encore complètement perdue...
Et si je me couchais... ?
La marche n'est pas large, et plus rien ne veut m'obéir... Je voudrais replier mes pattes arrière et je m'écrase le nez contre le carrelage... Je me sens si maladroite et si lourde, alors que je ne dois plus rien peser...
Mon coeur se débat dans ma poitrine et me heurte de coups sourds et violents... Est-ce que je pourrai reprendre mon souffle ...?
Je voudrais dormir... 
Ne pleurez pas... Laissez-moi....
Il fait bon ici, tout près de la chaudière...
Ah, dormir..., dormir éternellement...
Non, c'est vrai, pas ici... ! Ils ne pourraient plus poser le pied sur cette marche sans y voir mon cadavre décharné...
Il faut redescendre, sortir de la maison...
Pourquoi suis-je montée là ? Je ne pourrai jamais retourner en bas...
Allons, courage ma vieille, tu leur dois bien ça...!
Ah, cruel escalier ! Je ferme les yeux. Le vide me donne le vertige et j'ai l'impression de basculer...
Ça y est, je suis arrivée sur le paillasson, il ne me reste plus qu'à quitter le sous-sol...
Un, deux, trois, quatre, et encore une fois, un, deux, trois, quatre... Chaque pas m'arrache un cri muet de douleur... Pourvu que la porte du garage soit ouverte... Oui, je sens l'air frais qui passe...
Me voilà dehors. Zut, il pleut, j'aurais été mieux à l'intérieur...
Je viens de tomber et mon poil est tout sale. Où est le temps où je passais le plus clair de mes journées à lisser ce pelage tricolore dont j'étais si fière...?
Qu'importe aujourd'hui, il est trop tard. Je n'en peux plus... Je voudrais pourtant arriver là-bas... Encore quelques pas et j'y serai...
Comme cette branche est dure à enjamber, et, que fait cette brouette en travers du chemin ...? Comme ces objets dont je me jouais il y a si peu de temps me semblent hostiles ce soir...
Je n'en peux plus. 
Je viens de m'étaler de tout mon long et la terre entre dans mes narines... Je n'ai même plus la force d'éternuer pour m'en débarrasser... 
Ma langue est sèche et reste coincée entre mes dents...
Allez, debout ! On y est presque !
 Me revoilà sur mes pattes... Je me dis que j'ai tout de même une certaine volonté... C'est bien.... Courage... Là, je viens de passer la tache de lumière qui jaillit par la fenêtre de la cuisine...
Je suis enfin contre le mur, dans l'ombre, mais juste sous cette fenêtre où je peux les entendre une dernière fois...
Le bruit des chaises que l'on tire...
Des assiettes que l'on entrechoque...
Une cuillère est tombée par terre.
Elle a crié : "A table !"
Il appelle encore une fois les enfants qui n'obéissent jamais du premier coup.
Je les entends. Ils parlent tous en même temps...
Ils sont si près...
Je m'éloigne déjà...
Leurs rires...
Leurs voix...
Oh, j'ai froid....

22 avril 1990

54 commentaires:

  1. Les mots me manquent... en fait je n'ai pas envie de commenter...le silence s'impose...une de nos chattes presque toujours dehors est venue ainsi mourir à notre porte...je n'en dirai pas plus... gros bisous mon amie je vois 1990 mais je suppose qu'à l'époque c'est le chagrin a guidé tes mots...

    RépondreSupprimer
  2. c'est très émouvant et je n'ai pas de mots assez forts pour dire ce que je ressens.
    c'et aussi si plein d'amour.

    RépondreSupprimer
  3. Tu as raison BIGORNETTE, c'est bien le chagrin qui m'a guidée pour écrire ce texte en 1990. J'aimais cette minette sauvage que nous avions fini par apprivoiser un peu grâce à l'amour que nous lui avons donné. Je reste persuadée que c'est un hommage qu'elle nous a fait en montant l'escalier du sous-sol alors qu'en 3 ans de "connaissance" elle n'avait jamais mis les pieds (les pattes) dans la maison...
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toi BATAILLOU d'avoir compris et de partager avec moi cette émotion. Je te souhaite une bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. J'imagine que tu devais beaucoup l'aimer...j'ai lu et relu ton texte trois fois tellement il m'a ému...merci
    bises

    RépondreSupprimer
  6. j'ai connu ça aussi en voyant partir mon chien à 17 ans. C'est dur mais il faut bien accepté ce cruel moment.

    RépondreSupprimer
  7. tu ne peux savoir combien ce texte m'est douloureux. Nous avons perdu notre Mounette le lendemain de Noël 2007! ce fut terrible car nous l'emmenions chez le véto pour la faire soigner et finalement c'était pour la faire euthanasier! c'est terrible! depuis Kizzi est arrivée 6 mois après, comme un cadeau tombé du ciel, je ne sais toujours pas d'où elle vient, un petit miracle et puis une autre, sauvage, qui maintenant n'a qu'une idée en tête, c'est de se faire câliner! je la montrerai demain!
    bises

    RépondreSupprimer
  8. c'est l'article que j'avais écrit quand Mounette est morte! ce qui est le plus terrible c'est que nous, nous ne savions pas, mais, elle, je suis sûre, elle savait! le veille de sa mort, elle est venue passer la nuit la tête sur mon épaule en me regardant de ses grands yeux dorés et j'en ai été bouleversée, comme si je sentais qu'elle voulait ma dire quelque chose!

    http://marge-ou-greve.over-blog.com/article-15109119.html

    RépondreSupprimer
  9. C'est moi qui te remercie HEPHAESTION ! Tout d'abord pour tes visites mais aussi pour tes gentils coms ! Bisous !

    RépondreSupprimer
  10. C'est vrai PAPY LUCKY, il faut accepter, bien sûr, mais tu vois, presque 10 ans après, l'émotion est toujours là... Bonne journée à toi et Mamie !

    RépondreSupprimer
  11. Kizzi ? C'est bien la spécialiste du jeu de bobines allemandes ? C'est ça AZALAIS ? Chouchoute-la bien alors, ainsi que ton autre minette. Nous, en ce moment, on nourrit une petite chatte de gouttière qui marche sur 3 pattes (elle a dû se faire prendre dans un piège). Mais il est hors de question de l'approcher tant elle est sauvage....
    Bises à toi et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour le lien AZALAIS. Je vais lire ton texte tout de suite . Bisous !

    RépondreSupprimer
  13. N'ayant jamais eu de chat, ni chien, il ne m'est pas facile d'éprouver les mêmes sentiments que toi. Ton texte n'en reste pas moins bouleversant...chat virant dirais je.

    RépondreSupprimer
  14. Alors là, chapeau ! Je n'y avais pas pensé GERARD !
    "Chat virant" !
    Il faudra que je la ressorte celle-là... ;-))

    RépondreSupprimer
  15. http://au-fil-des-jours.over-blog.org/17 février 2009 à 19:54

    Oh! non !je suis épuisée, fourbue, je ne trouve rien à dire, où si : le chat de mes enfants , déjà blessé,leur a échappé.. le vétérinaire avait dit en le voyant la semaine dernière : son mal ressemble à un cancer des os, aussi je ne décrirais l'état de ses pattes
    Il a réussi à s'échapper et le voilà la tête en sang et gémissant : je ne décris rien encore ,j'ai peine, les enfants le regardent...que sera demain
    Alors , toi aussi tu as vécu cette aventure du chat qui nous quitte
    Il emplit d'émotion ton texte..
    Demain,sur mon blog, tu es taguée à ton tour
    bisous

    RépondreSupprimer
  16. Ton texte est vibrant d'émotion. Je comprend tout à fait ton émotion, même après de longues années, on n'oublie pas. Il y a un mois je viens de perdre mon chien qui avait 14 ans et qui était malade. Quand on aime les bêtes, le souvenir est très fort. Bises amicales

    RépondreSupprimer
  17. Je suis émue ... j'ai les larmes aux yeux. Que c'est beau. Oxygène, ton texte est une pure merveille...

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour LILOUNETTE ! Je vois que nous sommes nombreux à pleurer ou à avoir pleuré un animal.... Merci pour ton com et un grand merci pour ton tag que je viens de découvrir. Tu me gâtes beaucoup ! Bisous

    RépondreSupprimer
  19. Merci à toi de partager ce moment d'émotion MONI ! Je te souhaite une très belle journée et te fais de gros bisous.

    RépondreSupprimer
  20. Tu es trop gentille PLUME ! Tu sais, en réalité, le mérite revient surtout à Minouchat... Après tout, c'est elle qui a écrit ce texte... ;-)
    Bisous

    RépondreSupprimer
  21. alors comme ça vous n'avez pas de blog rank vous autres? J'ai honte de faire autant de raffut pour ce privilège! je ne sais même pas ce que ça va me rapporter à part le fait que j'ai le droit de mettre plus de photos! bises et merci

    RépondreSupprimer
  22. Tu n'as pas à avoir honte AZALAIS ! C'est normal de vouloir progresser. Je crois que ça m'amuserait aussi et si ça te donne la possibilité de mettre plus de photos, alors là, c'est super !
    Bisous et accroche-toi !!! ;-)))

    RépondreSupprimer
  23. Du mal encore à lire ce genre de texte... qui me fait trop mal...

    RépondreSupprimer
  24. Je ne dirai rien,juste que ton texte fait ressurgir des moments d'intense émotion car nous les aimons tant que les voir partir nous donnent ces chagrins bien souvent incompréhensibles pour certains humains ! bises à toi, balaline

    RépondreSupprimer
  25. J'ai connu plusieurs fois ce genre de situations douloureuses. La dernière fois, ce fut Madone...On n'oublie pas! On n'a plus ni chat ni chien, mais ça me manque: j'en ai toujours eu!...
    Je comprends ta douleur...et c'est dit avec des mots si simples et si forts!...et même si ça remonte à 1990, ça remue!...
    Robinson

    RépondreSupprimer
  26. Je ne voulais pas faire de mal en publiant ce texte LAURA. Je suis désolée si j'ai réveillé en toi de mauvais souvenirs. J'espère que tu ne m'en voudras pas. C'est promis, bientôt je publie de nouveau mes "bêtises". Bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
  27. Celui qui n'a jamais eu d'animal a sans doute du mal à comprendre. Les autres ont l'émotion à fleur de coeur, tout comme moi. Merci de ta visite BALALINE et gros bisous à toi.

    RépondreSupprimer
  28. Rien à dire si ce n'est que j'ai l'impression que c'est mon Garfunkel parti il y a 5 ans à l'âge de 2Oans que je revois le dernier mois... Seule différence je n'aurais pas pu écrire tes mots qui me font verser une larme.... Bisous amicaux Oxygène !

    RépondreSupprimer
  29. Je sais que tu comprends ROBINSON. Moi non plus, je n'ai plus d'animal à la maison, mais en ce moment, on nourrit une petite chatte très sauvage en lui mettant croûtes, restes divers et croquettes sous le céanothe au fond du jardin. J'espère la voir prendre confiance en l'homme comme cela s'était passé pour "Minouchat". Bonne fin de journée à toi et gros bisous.

    RépondreSupprimer
  30. Tu aurais pu écrire ces lignes CAMO, j'en suis certaine. Merci pour cette visite et ce gentil commentaire. Je t'embrasse moi aussi bien amicalement.

    RépondreSupprimer
  31. Ma chère Oxygène, j'ai un peu l'habitude d'avoir des larmes quand je viens te lire.. mais là ce sont de grosses larmes... je n'arrive pas à trouver les mots pour te consoler.
    je t'embrasse
    chantal

    RépondreSupprimer
  32. Je ne veux pas que tes visites chez moi te fassent pleurer CHANTAL ! Rassure-toi, je ne pleure plus Minouchat, (elle est "partie" il y a bientôt 10 ans) mais j'ai toujours un grand souvenir plein de tendresse pour cette Minette qui nous avait adoptés et qui nous a fait le don de ses derniers moments. Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  33. Les chats, nos bêtes à chagrin, je compte les années pour Balagan, elle partage notre vie et je suis allergique aux chats...

    RépondreSupprimer
  34. Chats ou chiens, c'est vrai, ce sont des bêtes à chagrin. J'espère que Balagan t'offrira encore de nombreux bons moments malgré cette allergie qui doit être bien embêtante. Bises à toi Heure-Bleue.

    RépondreSupprimer
  35. Très bel hommage. Toute la tendresse et l'amour pour elle transparaît dans ce texte.
    C'est exactement ce que je ressens face à l'"humanité" de nos amis à quatre pattes (nous avons 1 chien et 1 chat). J'ai dû me résoudre à emmener (emporter plutôt) notre petite chienne, qui avait 18ans, chez le vétérinaire d'où elle n'est pas ressortie (tumeur généralisée) et un peu plus tard ma femme m'a dit... "c'est la première fois que je te vois pleurer".
    C'est bien dommage de considérer que les animaux sont... des bêtes.

    RépondreSupprimer
  36. Les bêtes ne sont pas forcément ceux (ou celles) que l'on imagine... L'animal nous surprendra encore longtemps dans ses comportements.
    Je suis contente de voir le nombre de personnes qui aiment sincèrement leurs amis à 4 pattes. Merci de ton témoignage ALPHOMEGA !

    RépondreSupprimer
  37. C'est incroyable comme les sensations sont tracées à fleur de peau. Ces derniers instants sont poignants et me rappelle le décès d'une de nos chiennes.
    Que c'est dur!

    RépondreSupprimer
  38. le texte est très émouvant et je comprend ton chagrin, c'est dur de perte un animal que l'on aime. Je te remercie pour Les commentaires sur mon blog
    Amitié yves

    RépondreSupprimer
  39. Non, non, ne t'excuse pas!
    C'est si bon de lire des choses fortes... même si elles font mal...
    Merci pour ton message sur mon livre d'or.

    RépondreSupprimer
  40. Oui, c'est dur ALRISHA. Presque 10 ans après, je ressens la même émotion devant les efforts que cette pauvre minette a faits pour venir nous dire adieu. Bonne journée à toi et merci pour tes beaux reportages photos.

    RépondreSupprimer
  41. Merci d'être passé mettre ce commentaire YVES ! Je te souhaite une bonne journée ! A bientôt sur ton blog.

    RépondreSupprimer
  42. Tu es gentille de me rassurer LAURA ! Ça m'embête sincèrement de remuer de mauvais souvenirs chez nombre d'entre vous, mais mon texte est un peu un hommage à toutes ces petites bêtes pas "comme il faut" (Minouchat n'était pas belle et un peu tordue) mais qui savent donner beaucoup d'amour. Il ne faut pas se fier aux apparences. C'est dans le coeur que l'on reconnaît ses amis (à 2 ou 4 pattes).
    Je te souhaite une très bonne journée.

    RépondreSupprimer
  43. merci Oxygène,
    tu sais combien ce texte résonne dans ma tête... Elle n'est pas partie , je n'y arrive pas! Je voudrais écrire pour rendre tout cela plus facile ( enfin je crois) mais je ne peux même pas, je me dis tous les jours " je prends rendez vous " mais je ne peux pas , pourtant elle me regarde, elle semble me le demander...je me réveille cent fois la nuit pour l'entendre respirer, je ne peux pas...je ne peux pas...Korrigane

    RépondreSupprimer
  44. c'est très beau ...et très touchant ...y a pas à dire mais ces animaux font parti de notre quotidien , ils nous le rendent bien .... amitiés

    *Urga

    RépondreSupprimer
  45. Que dire ? Tout est écrit dans ce beau texte sur les liens qui se déchirent.... Oui, toute vie est sans doute bien plus précieuse que nous ne l'imaginons. Decrypto

    RépondreSupprimer
  46. Bonsoir KORRIGANE. Oui je sais ta douleur d'avoir une telle décision à prendre. Je comprends combien cela doit être difficile. Je pense très fort à toi et je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  47. On n'imagine pas toujours à quel point on peut s'attacher à nos petits compagnons. Ils sont souvent les témoins de nos joies, de nos chagrins aussi et leur comportement dans ces moments-là nous prouve qu'ils font très bien la différence. Merci de ta visite URGA et bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
  48. Tu as écrit exactement ce qu'il fallait DECRYTO : "des liens qui se déchirent.." C'est bien douloureux, qu'il s'agisse d'êtres humains ou de nos compagnons à 4 pattes. Quand on donne et quand on reçoit de l'amour on crée des liens dont la rupture subie est dure à supporter. Je te souhaite une bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  49. Si triste ton texte Oxygène...(snif, c'est malin!)
    On s'attache tant à nos petites bêtes; elles font partie de la famille...L'un de mes chats est parti ainsi, se cacher pour mourir...il avait 20 ans...quel déchirement...
    Gros bisous Oxygène

    RépondreSupprimer
  50. Ox, dépose juste un mot sur cet endroit.. dis le doucement ou dépose avec ta main, souffle le, légèrement, pose y ton regard ne serait qu'un instant... pour moi.
    Dis lui : hey, Toi, un viel homme m'a dit de déposer ici ce petit peu d'amour qu'il t'a emprunté du temps où tu nous en donnais tant.
    Merci mon Oxygène.

    RépondreSupprimer
  51. Coucou NICKYZA ! Désolée pour cette petite larme que je t'ai arrachée..... Tu sais, c'est bizarre, mais ce texte a fait de la peine a nombre d'entre vous et j'ai regretté de l'avoir mis en ligne. Je me sentais tellement triste d'avoir distribué du chagrin alors que j'ai plutôt l'âme "clown". J'aime mieux faire rire, mais il faut reconnaître qu'il est beaucoup plus facile de tirer les larmes des yeux....
    Je te souhaite une très bonne journée. Bisous

    RépondreSupprimer
  52. Ton com est poésie LIEDICH et cela ne m'étonne pas de toi. Merci d'écrire de si jolies choses. Bisous de l'air du temps...

    RépondreSupprimer
  53. Je suis émue aux larmes.......................................trop dur.......................Bisous

    RépondreSupprimer
  54. Je suis désolée de t'avoir émue à ce point ODETTE, mais, tu sais, quand j'ai écrit ce texte, notre Minouchat venait de disparaître et mon chagrin était très vif... Tu l'as ressenti, évidemment. Je te fais de grosses bises.

    RépondreSupprimer